Stock épuisé.
Quantité minimum d'achat
La quantité minimum d'achat n'est pas atteinte

Retour à l'Edito <<

Article précédent << >> Article suivant

 

>>le (presque) troisième tour

//le péril jaune (citron)

Puisque le passage à 2 livraisons hivernales au lieu de 3 est l’évènement majeur de cette saison 22, il nous pénalise sur un engagement que nous avons pris au sortir de la saison 19... à savoir le retour des citrons dans 3 ans. Et nous voilà 3 ans plus tard, avec une saison à 2 distributions d’oranges et des dates qui ne correspondent pas vraiment à l’agrume jaune. Comme nous n’avons pas l’intention de faire attendre ce qui est jaune et surtout de ne pas tenir notre engagement, nous allons bien proposer une livraison de citron en 2018...
Je vois d’ici les sourcils qui se relèvent et les mines circonspectes accompagnant des questionnements internes...
«Sur 2 tours, comment vont-ils bien pouvoir faire?» «Onélia va livrer des citrons jaunes encore verts!» «Ils vont nous sortir un 3e tour du camion, abracada… brantesque!»
Toutes ces questions et bien d’autres sont légitimes. Mais non. Pas de jaunes encore verts, pas de 3e tour de magie non plus.
Non. Juste le calendrier. Toujours et encore. Puisque celui des oranges est modifié pour ne pas dire bouleversé, pourquoi celui de l’après saison d’oranges ne bougerait-il pas? C’est cette question que nous nous sommes posés. Comme la distribution d’oranges s’achèvera plus tôt, les livraisons gratuites d’épicerie démarreront plus vite... et nous pourrions proposer les citrons sur la première. C’est la réponse que nous nous sommes faites et donc la proposition que nous vous ferons... dans quelques mois.
Normalement, c’est le moment où l’on doit évoquer les détails de l’offre, le prix, le poids ou le type de conditionnement... Normalement, oui. Point de mystère ou de surprise. Non. Pas davantage de magie. Juste un trop grand nombre d’approximations à plus de 5 mois de la réalisation pour que nous préférions faire profil bas sur les détails. Vous pourriez avoir du mal à comprendre pourquoi nous faisons le maximum pour tenir un engagement vieux de 3 ans, sans être capable de suivre une annonce à 5 mois d’écart. Donc les détails suivront, plus tard, au moment voulu, quand nous aurons réussi à (presque) tout caler pour que cela ne ressemble pas à une promesse en l’air. Ce qui serait terriblement mal venu. Nous croyons ardemment que les promesses n’engagent pas seulement ceux qui veulent bien les croire. Elles obligent aussi celui qui les formule.■

Retour à l'Edito <<

>> Article suivant