Stock épuisé.
Quantité minimum d'achat
La quantité minimum d'achat n'est pas atteinte

Retour à l'Edito <<

Article précédent <<

 

>>Mise au point...

//... de livraison

Dans la précédente édition de notre parution périodique, nous vous présentions un petit résumé du programme de regroupement des points de livraison initié avec la saison 18. S’il ressortait très clairement que ce mouvement engagé il  y a 5 ans avait permis une certaine maitrise de l’augmentation du nombre de points de livraison, il est aussi nettement apparu qu’il ne fallait pas baisser la garde mais poursuivre le mouvement.
Ce ne sont pas les mesures « extérieures » récentes qui nous incitent à le faire, même si elles ne contreviennent pas à cette logique, mais belle et bien la volonté toujours présente et encore plus forte de contenir le nombre de points d’arrêt pour maintenir les coûts de distribution, améliorer les délais et la qualité du service de livraison tout en diminuant l’impact environnemental de nos véhicules. Par mesures « extérieures » vous aurez bien évidemment compris l’allusion à l’augmentation importante du prix des carburants fossiles et l’abaissement de la vitesse sur les routes sans séparateur central. Alors, bien sûr, la seconde mesure ne change pas grand chose pour nos véhicules les plus imposants. En revanche, la première pourrait avoir des conséquences plus palpables. Mais comme notre programme de regroupement trouve son origine et ses raisons bien au-delà de ces mesures extérieures, nous n’allons pas nous réfugier derrière elles pour vous annoncer (encore) des augmentations de prix ou des frais plus ou moins cachés qui viendraient alourdir le montant du panier. Notre réponse à ces nouvelles contraintes devrait être organisationnelle. Et si nous employons ici le conditionnel, c’est simplement qu’il est encore un peu tôt dans les préparatifs logistiques et que nous ne sommes pas sûrs à 100% des moyens techniques et humains que nous allons pouvoir mettre en œuvre. Toutefois, l’idée que nous poursuivons est de mettre sur la route des véhicules, avec des meilleures capacités de chargement, aux normes antipollution les plus récentes. C’est d’ailleurs en grande partie pour cette raison que nous nous séparons d’un de nos véhicules, le plus ancien, pour le remplacer ponctuellement et au besoin par un autre plus efficient.


Pas d’augmentation ni frais plus au moins cachés… au contraire, serions-nous tentés dire. En parallèle du démarrage du programme de regroupement, une nouvelle mention était apparue à l’époque dans les infos pratiques (et dans les conditions générales de ventes) au sujet de frais livraison pour les commandes n’atteignant pas un certain montant… Si cela ne vous parle pas du tout, de deux choses l’une, soit vous vous savez absolument pas concerné vu la quantité que vous réceptionnez, soit vous n’avez tout simplement jamais pris la peine de lire lesdites infos pratiques au dos du bon de commande, mais également présentes sur notre site. Donc cette année, pour faire plus clair et moins caché, l’éventualité de ces frais de livraisons est mentionnée « devant ». S’il s’agit bien d’une nouveauté, celle-ci est simplement esthétique. Comme sur les bons de commande d’épicerie publiés au cours de cette année. Et de la même façon que les années précédentes, depuis l’existence et l’application de cette mention, la participation aux frais de livraison ne s’ajoutera que dans l’éventualité où le montant total de la marchandise n’atteint pas le seuil. Et il semble que cette notion soit importante à préciser. En effet vous pouvez tout à fait commander une bouteille d’huile de 25cl et ne pas avoir à payer les frais mais à l’inverse, commander 5 caisses et devoir vous en acquitter.  C’est ici que la notion de regroupement prend tout son sens. Si la bouteille est livrée sur un lieu ou une adresse avec d’autres commandes et que la somme totale de ces marchandises dépasse le seuil fixé, personne ne règle les frais de livraison. C’est un peu le principe de la mutualisation. En revanche, si les 5 caisses sont livrées en un lieu ou une adresse sans que la somme des marchandises n’atteigne le seuil, les frais s’appliquent. Mais soyons honnêtes, comme notre but n’est pas de facturer les frais de livraison, nous travaillons en amont de la distribution à trouver un point de livraison groupé aux commandes qui n’atteindraient pas ce fameux seuil. Si la méthode pour trouver un point de regroupement est très simple, elle s’avère assez fastidieuse, mais les résultats nous appellent à la persévérance. Dans le principe, vous passez votre commande et avant son enregistrement et sa validation, nous trouvons pour vous une adresse qui vous épargnera les frais. Nous demandons son accord préalable à la personne susceptible de réceptionner vote commande, puis nous vous proposons cette adresse. Si elle ne vous convient pas, nous tentons d’en trouver une autre. A l’inverse si les deux partis s’entendent par notre intermédiaire, nous communiquons les coordonnées à chacun, avec leurs consentements respectifs. La commande passée est alors validée et vous recevez par mail la confirmation d’enregistrement… pour peu que vous nous ayez communiqué une adresse mail. Dans tous les cas, la «mutualisation» s’opère et vous n’êtes pas concernés par les frais. Par contre, si vous refusez le principe du regroupement de votre commande ou si vous voulez absolument que votre commande soit livrée en un point précis, sans atteindre le seuil fixé, vous serez impactés par le montant supplémentaire. Cela peut paraître un peu brutal… mais en réalité, il n’y a rien de nouveau. La différence est simplement que le changement esthétique du bon de commande rend plus visible cette réalité. Plus visible et aussi, plus lisible. Du moins c’est notre souhait. Et comme ce n’est pas la saison du changement mais celle de la consolidation, il nous semblait opportun de le faire cet hiver.

 

Retour à l'Edito <<