Stock épuisé.
Produit victime de son succès!!
Quantité minimum d'achat
La quantité minimum d'achat n'est pas atteinte

/Identité >>Onélia Oranges Tour //hallucination saisonnière

Onélia&VOUS.com> 2e semestre 2020 N°26
Edito>   Nouveauté>   Produits>   Actualité>   Identité>
>>Onélia Oranges Tour
//hallucination saisonnière

 

Avez-vous remarqué qu’à l’issue de la saison précédente, nous n’avons pas publié de numéro de notre modeste lettre de nouvelles? Après, il est vrai que la saison passée remonte à de très nombreuses semaines en arrière ! Avec la période étrange du confinement et la mise en suspens de bon nombre d’activité, il semble que l’hiver passé date un peu... Un peu plus que 8 mois... Etrange perception pour une étrange période. Dans tous les cas, nous n’avons donc pas «réellement» clôturé cette saison 24. Cela ne nous empêcher a i t pas de démarrer la 25, mais comme nous avons l’occasion de le faire, autant ne pas s’en priver. Comme annoncé dans l’édito du numéro précédent qui ouvrait cette saison 24, elle n’a pas été parfaite. Voilà, c’est dit. Et comme ce qui est dit est dit, nous pourrions presque nous arrêter là. Revenir sur ce qui a été et moins été, voire pas été du tout, huit mois après, ce n’est somme toute pas très pertinent. Toutefois, nous ne pouvons pas ne pas nous livrer à cet exercice et ne pas livrer le petit graphique habituel qui détaille la progression de la quantité de fruits expédiés de Sicile vers la France au cours des 8 semaines de distribution. Et comme chaque année, nous nous devons de préciser que ce soit à la hausse ou à la baisse d’une année sur l’autre, ce chiffre global qui est un résumé et non une finalité. Un marqueur parmi tant d’autres que nous vous épargnons. Si à l’issue de la saison 24, ce repère s’établit à 1 323T d’oranges, en très légère hausse par rapport à la S23, il ne nous apporte aucune indication quant à la saison 25 qui s’ouvre. Déjà qu’en temps «normal», le chiffre de l’année précédente n’augure en rien du chiffre de la saison à venir... cette année étant ce qu’elle est, c’est encore plus vrai ! Cela dit, une saison d’oranges n’est jamais vraiment normale, prévisible dans sa teneur et anticipable dans son contenu. Cela nous renvoie à des considérations philosophiques de pointes. L’annotation qui survient invariablement en marge de ce genre de phrase est «veuillez définir les notions avec précision !» Evidemment. Qu’est-ce que la normalité? La normalité est-elle la norme? La prévision est-elle de la clairvoyance? De la voyance tout court? Sur quoi peut s’appuyer la prévision pour être valide? Crédible? Acceptable? La prévision et l’anticipation ne nous coupentelles pas de l’instant? De la réalité? De la vérité? L’anticipation n’influet- elle pas sur la spontanéité de nos actions? Et bien d’autres interrogations sur l’origine du monde et les fondements de l’âme que nous n’avons pas le loisir d’aborder ici. Certes, une saison d’oranges, c’est un peu tous ces questionnements mais en plus simple : comment est-ce que ça va se dérouler? Vous pouvez chercher, toutes les notions mentionnées plus haut s’y retrouvent... en filigrane. Nous travaillons, nous préparons, nous projetons puis nous vivons la saison. Et seulement à la fin, nous corrélons. Nous analysons tout cela. Fin février, début mars. Prévisions contre réalisation. Nous concluons. Il n’y a pas de gagnant ou de perdant. Au final ne demeurent que les faits. A partir du moment où cela s’est déroulé, nous pouvons en juger que c’est la réalité. Si nous ne pouvons pas aboutir à cette conclusion simple et évidente, c’est que nous avons été nombreux à être victimes d’une très très grosse hallucination collective. Collective et récurrente, de surcroit! Une hallucination saisonnière dont nous ne voudrions pas nécessairement guérir par ailleurs. Faits ou réalité, qu’importe, puisque cela s’est passé. Et nous le savons puisque nous y étions. Nous y avons pris part. Acteurs de l’échange. Protagonistes de cette action. Chronique qui dure et se renouvelle. Depuis 24 hivers révolus. Et cette année, l’hiver fête ses 25 printemps ! Prenez le temps de la relire. Et cette année, l’hiver fête ses 25 printemps ! Subtil. Cet hiver, nous célébrons le 25e anniversaire de cet échange entre la Sicile et la France orchestré par Onélia. Et pour l’occasion nous avons concocté non pas un gâteau pour tout le monde, mais un logo un peu spécial pour signifier tout cela. Les 25 ans, l’échange entre la Sicile et la France, les Oranges, l’huile d’Olives et les pâtes. Concrètement qu’est-ce que cela signifie?
A l’origine de ce logo, nous voulions ajouter d’autres éléments, mais ce n’était plus lisible. Alors nous nous sommes contentés de l’essentiel. Surtout au niveau de l’échange entre la Sicile et la France. Nous souhaitions faire apparaître plus distinctement chacun des acteurs de cet échange... mais ce n’était pas trop possible. Une question de place. Donc nous avons résumé cela en couleurs. Les couleurs de la France et les couleurs de la Sicile, reliées par des flèches dans un signe infini. Chronique qui dure et se renouvelle, dont nous fêtons sans tambour ni trompette les premiers 25 ans. Chronique d’un engagement fidèle et solidaire qui dure et se renouvelle dans la confiance et le partage. ■

quitter le mode LECTURE


/Nouveauté
>>le temps du changement
//le chemin d’une transition
/Produits >>esprit de fêtes
//que la joie demeure
/Actualité >>le pouvoir & le faire
//décompte des points
/Identité >>Onélia Oranges Tour
//hallucination saisonnière